Démêler la décision de l’Apple App Store et ce qu’elle signifie pour les petites entreprises

Daniel

Damiel Forman
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email

La loi ne peut pas imposer des tarifs plus bas – pour l’instant – mais elle défend le droit des commerçants à effectuer leurs transactions comme ils l’entendent.

La plupart d’entre nous ne réfléchissent pas trop à ce qui se passe après avoir payé un jeu, un livre électronique ou une application sur l’Apple Store ou sur Google Play. Nous recevons notre produit, le commerçant reçoit notre argent et nous n’y pensons plus jusqu’à l’arrivée de notre relevé de carte de crédit.

But the tech companies and the merchants they serve think about it a lot. Here’s what happening as developers take the fight for more financial freedom to court.

 

De quoi s’agit-il?

Apple et ses pairs ont traditionnellement facturé à leurs commerçants une commission de 30 % sur les ventes d’applications réalisées par l’intermédiaire de leurs magasins, et donc de leurs propres processeurs de paiement. La répartition 30/70, bien qu’elle n’ait jamais été gravée dans la pierre, était la norme telle que définie par les sociétés technologiques.

Le mois dernier, un juge fédéral statuant sur une affaire défendue par Epic Games (développeurs du très populaire jeu Fortnite, parmi beaucoup d’autres) a forcé la main à Apple pour permettre à ses vendeurs d’orienter les clients vers d’autres modes de paiement.

 

Ce que cela signifie

Cette décision a un impact considérable sur le poids historique d’Apple, qui peut ainsi prendre sa part du marché des jeux vidéo, évalué annuellement à environ 100 milliards de dollars. Si le juge n’a pas forcé la société à réduire son taux de 30 %, déclarant qu’une entreprise a le droit de facturer ses services comme elle le souhaite, Apple ne peut plus empêcher les développeurs de traiter leurs affaires ailleurs à un taux plus bas et plus rentable.

Si les géants de la téléphonie intelligente ont fait preuve d’une certaine souplesse au cours des deux dernières années, en abaissant notamment leur taux à 15 % pour les entreprises réalisant moins de 1 000 000 USD de chiffre d’affaires par an, ils continuent d’exiger un taux de 30 % pour les commerçants qui s’inscrivent pour la première année sur la base d’un abonnement de 12 mois.

 

Comment cela touche-t-il les PME?

Si les grands développeurs sont naturellement prêts à s’attaquer aux avocats d’Apple au nom de leurs propres résultats financiers, les incitations pour les petits sont pratiquement inexistantes.

Les développeurs d’applications familiales du secteur des start-ups sont confrontés à une décision difficile: la visibilité potentiellement offerte par Apple vaut-elle le coût de l’activité pour des développeurs qui ne sont même pas sûrs de pouvoir dépasser les 100 000 dollars de chiffre d’affaires, sans parler d’un bon million?

Verser 15 000 dollars est une perspective douloureuse pour toute petite entreprise, sans parler de celle qui compte sur des ressources limitées pour la recherche et le développement potentiels, si son produit rencontre un minimum de succès.

Google Play, quant à lui, dans son effort pour devancer les retombées négatives dans la presse, a annoncé cette semaine que non seulement il allait réduire ses frais de service de 30 % à 15 % pour les abonnés dès le premier jour, mais que pour les applications revendant du contenu tel que de la musique ou des livres électroniques, la part de Google tomberait à 10 %.

 

La suite

Les deux entreprises font l’objet d’une surveillance réglementaire et les petites entreprises deviennent plus avisées en matière de marketing et de traitement de l’information, on peut dire que le combat est loin d’être terminé.

Toutefois, la décision ouvre la porte à des appels d’offres concurrentiels pour les petites entreprises, en particulier pour les processeurs conçus pour traiter des volumes plus importants de produits numériques à faible valeur ajoutée. Ce qui se traduit, au moins potentiellement, par une grande avancée pour le petit gars sur le point d’être découvert.

 

Vous voulez des conseils plus approfondis sur la manière dont nos experts en marketing numérique peuvent vous aider à développer votre marque aujourd’hui?

Fixez un rendez-vous avec un gestionnaire de succès Empower en utilisant le calendrier ci-dessous.

Vous voulez en savoir plus?
Réservez une rencontre GRATUITE avec nous!

Merci de choisir votre plage horaire pour réserver une rencontre de consultation gratuite avec notre équipe.

INSCRIVEZ-VOUS MAINTENANT POUR
RECEVOIR NOTRE INFOLETTRE

Retour haut de page

Nous utilisons des cookies sur ce site pour améliorer votre expérience d’utilisateur.
Pour plus d’informations sur l’utilisation des cookies, veuillez consulter notre Politique de confidentialité

Nous utilisons des cookies sur ce site pour améliorer votre expérience d’utilisateur.

Pour plus d’informations sur l’utilisation des cookies, veuillez consulter notre Politique de confidentialité